Lecture : comment mieux comprendre et mémoriser ?

Blog Procédis
Par Emmanuelle Momboisse, le 28 juillet 2019 • Articles "temps compté"

Issue de la génération « papier et bibliothèque », au-delà de l’enseignement reçu entre l’école primaire et la fac, je n’avais pas d’autre choix que d’aller chercher les informations et la connaissance dans les livres.

Je suis ravie qu’internet fasse partie de ma vie à présent.

C’est une manne d’informations et de ressources. Facile et libre d’accès, c’est un puits sans fond d’idées et de connaissances, pour peu que l’on fasse preuve de discernement et de libre arbitre à son utilisation.

J’adore la technologie. C’est cool de ne plus avoir à chercher une cabine pour téléphoner dans la rue, ou de ne plus avoir à attendre l’ouverture de la médiathèque pour chercher une information.

Cela étant dit, contrairement aux jeunes générations qui sont nées avec le numérique, j’ai mis un peu de temps à intégrer complétement le numérique à ma vie.

Certes, j’ai trouvé pratique de gagner de la place et du poids dans mon sac en ne conservant que ma tablette et mon téléphone portable. Je suis spécialiste en optimisation des fonctionnements ne l’oublions pas…

Mais j’ai quand même tardé à utiliser un agenda ou liseuse numériques.

 

Et j’ai dû prendre sur moi pour les utiliser efficacement.

Car bien que je les trouve pratiques et légers, il y a pas mal de trucs qui me chiffonnent quand je lis des bouquins sur ma liseuse.

Je suis amenée à relire des passages qui se trouvent dans les pages précédentes et je trouve cela fatigant. C’est pareil pour les annotations que je fais en marge des informations dont j’ai l’intention de me servir plus tard, je ne m’y retrouve pas.

Question d’habitude me suis-je dit. Et comme je me sers beaucoup de la science de l’habitude dans mon quotidien, je me suis dit que c’était un pli à prendre et que dans quelques temps j’aurai oublié ce désagrément.

Mais même en persévérant, ce n’est jamais arrivé, je n’ai jamais réussi à occulter cette sensation désagréable. Je trouvais pénible de devoir faire dérouler la liste des ouvrages stockés sur mon ordinateur. La vision de tous mes livres sur les rayons d’une bibliothèque me manquait.

Alors petit à petit, je me suis mise à racheter des livres papier.

Vous allez rire, je me suis mise à acheter les livres papier EN PLUS des livres numériques… La blague pour quelqu’un qui cherche à optimiser ses fonctionnements.

Et puis finalement j’ai laissé tomber la liseuse et l’ordinateur pour lire. Je suis revenue aux bons vieux bouquins qui pèsent lourd et qui prennent de la place chez moi.

Voilà, parce que l’efficacité, c’est aussi utiliser les méthodes qui nous correspondent. Et le papier, ça me correspond.

J’aurais pu penser que c’était purement personnel et pas vraiment scientifique, mais quand même, cette question m’a turlupiné pendant longtemps.

En effet, comme je passe mon temps à me poser des questions utiles ou inutiles sur le cerveau et ses fonctionnements, j’ai voulu savoir si le fait d’utiliser le numérique plutôt que le papier pouvait engendrer des transformations au niveau de nos schémas cognitifs. Notamment pour savoir si la solidité de nos connaissances variait selon que nous utilisions le format papier ou le numérique.

Il faut savoir en effet que la lecture sur papier enclenche des processus cognitifs complexes qui permettent d’encoder durablement l’information.

Qu’en est-il alors du numérique ?

Est-ce aussi complexe et efficace pour la mémoire et la concentration ? Si on utilise d’autres chemins en abandonnant l’écriture manuscrite au profit du numérique, allons-nous augmenter notre intelligence et nos facultés d’adaptation ou au contraire la réduire ? (Oui, je sais, je me pose des questions qui ne vous servent à rien !).

Et je viens d’avoir la réponse (grâce à internet, lol).

L’ensemble des dernières études scientifiques en la matière apportent de l’eau à mon moulin.

Nous comprenons et mémorisons moins vite et moins bien sur écran que sur papier.

Quand nous lisons ou écrivons sur format numérique :

Notre compréhension est moins rapide et moins bonne qu’en version papier.

Nous mémorisons moins bien et moins durablement sur écran que sur papier.

Parce que sur un support numérique nous sollicitons moins nos 5 sens qu’avec le format le papier. Les chemins cognitifs empruntés par notre cerveau sont moins complexes et nous ancrons moins bien les informations.

C’est aussi une question de sensations physiques et d’émotions.

Avec le format numérique, nous bougeons moins, et nous sollicitons moins notre sens du toucher ou l’audition.

L’expérience est beaucoup plus « riche de sens » avec un livre papier. Nous le pesons, nous sentons l’odeur de l’encre, nous ressentons du bout des doigts la texture de la couverture ainsi que son relief. Nous entendons le bruit des pages etc…

Le papier crée plus d’émotions que le numérique.

Ce sont autant de petits détails qui favorisent la compréhension et la mémorisation des informations que nous lisons.

C’est la même chose pour l’écriture. L’écriture manuscrite va solliciter tous nos sens. Et en plus, l’écriture papier prend plus de temps et c’est fatigant. Elle met alors en route des processus cognitifs très complexes pour y faire face. Et on fait une pierre deux coups, puisque cela va ainsi encourager notre capacité à synthétiser l’information, ce qui favorise aussi la mémorisation.

Donc voilà, il suffit de le savoir, et si nous voulons continuer à augmenter nos capacité grâce au numérique, il convient de le faire avec discernement. Nous donc pouvons faire le choix du support d’informations en fonction de nos objectifs (loisirs ou apprentissages).  Nous pouvons opter pour le pratique et le simple avec le numérique pour prendre connaissance brièvement de certaines informations.

Comme nous pouvons choisir le bon vieux bouquin bien ardu qui va nous obliger à solliciter tous nos sens pour mémoriser durablement certaines informations.

La bonne nouvelle : il y a de plus en plus de très beaux ouvrages qui sont hyper chouettes à découvrir pour apprendre. Les librairies regorgent littéralement de titres tous plus attractifs les uns que les autres. Le format papier n’a pas encore disparu et c’est une bonne nouvelle.

L’autre bonne nouvelle : il y en a également de plus en plus sur internet.

L’information et la connaissance ont donc encore de beaux jours devant elles.

Une fois encore, pourquoi choisir ? Prenons les deux !

 

Sources : J.Y. Ponce et sa chaîne Potion de vie. Toutes les sources des études universitaires sur le sujet sont disponibles sous sa video : https://www.youtube.com/watch?v=tdRyzNcpSe0

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *