Le bilan de compétences : un outil intégralement financé

Le bilan de compétences : un dispositif  pris en charge financièrement

Le bilan de compétences : l’outil incontournable de votre développement personnel

Lorsque vous vous posez des questions sur vous-même, vos aspirations, vos compétences, vos ressources, vos qualités, votre expérience professionnelle, votre évolution, votre devenir …

Le bilan révèle votre potentiel de compétences et de motivations

Il fournit un meilleur ajustement entre vos aspirations professionnelles et les attentes du marché et des organisations.

Il permet de déceler des talents inexploités et utiles, que vous pourrez valoriser au fil de votre carrière, dans votre métier actuel ou lors d’une éventuelle reconversion.

Il augmente la confiance en soi et offrent des perspectives parfois inattendues. Vous pourrez les mettre en action avec discernement, grâce à une mesure claire et pragmatique de vos forces et de vos contraintes.

Il peut être une aide à la décision en matière de stratégie professionnelle et de gestion de carrière.

Dans certaines circonstances, il peut vous amener à améliorer votre bien-être, au travail comme dans la vie. Il peut vous aider à retrouver un dialogue avec votre environnement.

Il peut également être l’occasion de valider ou d’invalider un rêve enfoui pour construire un projet réalisable.

Le bilan de compétences : pour qui ?

Toute personne active, notamment :

  • Les salariés du secteur privé,
  • Les demandeurs d’emploi (demande à faire auprès de Pôle emploi, de l’APEC ou de Cap emploi),
  • Les salariés du secteur public (fonctionnaires, agents non titulaires, etc.) : textes spécifiques mais dans des conditions similaires aux salariés,
  • Les indépendants, libéraux, chefs d’entreprise, qui disposent d’un capital de financement au titre de la formation professionnelle (Fond d’assurance formation), ou du CPF (les travailleurs indépendants disposent d’un compte personnel de formation depuis le 1er janvier 2018 qu’ils peuvent utiliser pour réaliser un bilan de compétences.

 

A l’initiative du salarié

S’il choisit de mobiliser ses droits-formation, et de le faire en dehors du temps de travail, il n’est pas tenu d’informer son employeur de la démarche.

Dans le cas contraire, le salarié doit demander l’accord préalable de l’employeur selon les règles propres à l’utilisation de ses droits-formation.

Pour cela, il devra remplir certaines conditions en fonction de sa situation :

  • Pour un salarié en CDI :  justifier de 5 années de salariat, consécutives ou non, dont 12 mois au sein de l’entreprise dans laquelle le salarié effectue la demande. À noter qu’un délai de franchise de 5 ans doit être respecté entre deux bilans ;
  • Pour un salarié en CDD :  disposer de 24 mois de salariat, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, au cours des 12 derniers mois.

A l’initiative de l’entreprise

Le bilan de compétences ne peut être réalisé qu’avec le consentement du salarié.

Il fait alors l’objet d’une convention tripartite signée par le salarié, l’employeur et l’organisme prestataire de bilan.

La convention porte sur:

  • les objectifs,
  • le contenu et les moyens,
  • la durée et la période de réalisation,
  • les modalités de réalisation et de remise des résultats détaillés et du document de synthèse
  • le prix et les modalités de règlement du bilan.

Le salarié dispose d’un délai de 10 jours pour faire connaître son acceptation en restituant la convention qu’il aura signée, et son absence de réponse au terme de ce délai vaut refus.

Ce refus ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement.

Lorsque le bilan de compétence est réalisé sur le temps de travail, il est assimilé à l’exécution normale du contrat de travail.

Le coût du bilan est à la charge de l’employeur, sauf dans les cas où le CPF est mobilisé.

Conditions d’accès au bilan de compétences

 

Intérimaire : 5 ans d’ancienneté sont demandés avec 2 028 heures pour l’entreprise de travail temporaire concernée par la demande. Si vous restez dans la même branche en tant qu’intérimaire durant 3 ans, avec 1 an dans l’agence de travail temporaire actuelle, vous pouvez obtenir un bilan.

Agent de la fonction publique ou assimilé : depuis 2007, le droit à la formation permet de prétendre à un bilan professionnel avec 10 ans de service.

Demandeur d’emploi : un bilan est accessible à partir de 3 ans d’expérience professionnelle. Il concerne les personnes de moins de 55 ans, au chômage depuis plus de 6 mois.

Salarié de plus de 45 ans : à cet âge, vous accédez automatiquement à votre demande. Une ancienneté de 20 ans déclenche aussi ce droit.

Lorsque le bilan est réalisé sur le temps de travail, il est assimilé à l’exécution normale du contrat de travail.

Le coût du bilan est à la charge de l’employeur, sauf dans les cas où les droits formations sont mobilisés.

Indépendant : quand vous voulez, via votre compte personnel de formation.

Durée du bilan de compétences

La durée du bilan de compétences varie selon le besoin de la personne. Elle ne peut cependant excéder une durée maximum de 24 heures, et se répartit généralement sur plusieurs semaines.

Mise en oeuvre du bilan de compétences

 

Par son CPF : la voie royale

Les bilans de compétences sont éligibles au compte personnel de formation.

Lorsque le salarié mobilise son compte personnel de formation pour un bilan réalisé hors temps de travail, l’employeur n’a pas à être informé.

Lorsque le salarié mobilise son compte personnel de formation pour un bilan en tout ou partie, pendant le temps de travail, il doit demander l’accord préalable de l’employeur selon les règles propres au compte personnel de formation.

N’attendez plus!

Regardez, ils en parlent ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.