Gérer son temps selon sa personnalité

Blog Procédis

Savez-vous véritablement à quoi, et à qui vous consacrez votre temps ?

 

Quel que soit votre profil personnel, vous vous heurtez régulièrement (voire tout le temps) à la notion de temps

C’est une question qui existe depuis la nuit des temps 😊(Rôôô … ça va hein, je peux bien faire des jeux de mots débiles aussi !)…

Pour certains, les causes sont externes et multiples : les interruptions, le manque d’organisation des collègues ou des managers, l’absence de vision de l’entreprise…

Pour d’autres, c’est plutôt un désaccord chronique avec les délais, des nuits blanches et des productions rendues à l’arrache.

Les premiers fustigent les comportements des seconds… qui le leur rendent bien, rassurez-vous.

Ah le temps, le temps… Quel casse-tête !

D’une part pour les managers ou les directions, qui ont tôt fait de penser que leurs collaborateurs sont mal organisés, procrastinateurs, voire incompétents …

Mais aussi pour les salariés, dont certains estiment souffrir d’une charge de travail trop importante et/ou manquer des moyens nécessaires à la réalisation de leur mission…

C’est l’un des ingrédients du burn out… Comme du bore out (l’ennui au travail).

Face à cela…

Il existe bien sûr des formations à la gestion du temps, pour « aider » les professionnels à maîtriser cette subtile et intangible (mais précieuse) donnée qui leur file entre les doigts.

Si c’est votre cas, vous avez peut-être eu l’honneur de découvrir les joies de la matrice d’Eisenhower : se concentrer sur l’important sans succomber à l’urgent.

Vous avez également dû vous réjouir de la puissance du principe de Pareto : 80% des résultats sont obtenus par seulement 20% du travail.

Comme vous savez peut-être qu’il est fondamental de se fixer des objectifs (smart de préférence)… Et de s’y tenir.

On vous a aussi conté les vertus de la planification et de la programmation

En passant par l’importance de commencer par les tâches qui vous rebutent le plus, ou celles que vous pensez ardues, pour en finir au plus vite, et se satisfaire des tâches qui ne manqueront pas d’alléger vos fins de journées…

Sans oublier votre droit fondamental à dire non à tous ceux qui osent entrer dans votre bureau pour vous confier une demande en urgence… Alors que votre porte est fermée.

 

 

Oui, peut-être … Sans doute même.

Et c’est peut-être à ce moment-là que vous avez déchanté, parce que vous, ça fait déjà longtemps que vous avez compris le principe de l’important vs l’urgent.

Alors que manifestement, ce n’est pas le cas de tout le monde…

Et comme dans le cas présent, ce tout le monde est votre chef, ben… vous dites oui… Non ?

C’est peut-être à ce moment précis de la formation que vous avez décroché…

 

Et la liste s’est peut-être poursuivie sans vous

  1. Prévoir les imprévus et les retards,
  2. Préparer ses tâches la veille pour le lendemain,
  3. Se fixer des objectifs : annuels, trimestriels, mensuels, hebdomadaires, journaliers, horaires etc… Avec un plan d’action aux petits oignons,
  4. Dire stop à la procrastination : s’y mettre et rester focus, et vous allez voir, une fois lancé « ça le fait vachement bien »,
  5. Prendre des rendez-vous avec vous-même à mesurer la bonne exécution de vos actions et ajuster,
  6. Ranger son espace de travail et éloigner toute source de distractions pour pouvoir travailler « en profondeur »,
  7. Privilégier un créneau spécifique pour les petites tâches multiples et de moindre importance…
  8. Ne regarder ses mails que deux fois par jour et jamais juste avant de partir du bureau…
  9. Faire des pauses et respirer,
  10. Ne pas oublier d’aller prendre l’air et manger sainement,
  11. Faire du sport et de la méditation,
  12. J’en oublie sans doute…

Puis vous êtes revenus au bureau et la vie a repris son cours

  • Les coups de fil incessants,
  • Les mails qui s’empilent et la to do list qui s’allonge,
  • Les interruptions à destruction massive,
  • Le copieur, le serveur ou l’imprimante en panne,
  • L’annonce du confinement et ses conséquences sur nous tous…

 

Et là, exit la belle équation Eisenhower + Pareto = productivité éternelle

Et pourtant…

Tout ce que je viens de citer contribue à la recette de l’idéale productivité.

Le graal de tout professionnel…

La quintessence du parfait salarié…

La joie du contrôleur de gestion…

 

Alors pourquoi diantre ces formations ne fonctionnent pas ou rarement ?

 

 

Notre relation au temps est le fruit de nos habitudes, qui guident la plupart de nos actions…

Pour le meilleur ou pour le pire

Ces habitudes sont le fruit de nos fonctionnements automatiques.

Ceux-ci sont souvent le reflet des caractéristiques de notre personnalité.

Ils peuvent également être modelés par les « conditionnements » induits par les environnements qui sont les nôtres depuis l’enfance.

 

La gestion du temps, c’est donc un peu l’histoire de notre vie

Qui peut en effet se vanter d’avoir assez de temps pour tout faire ?

Pas grand monde, et les raisons peuvent être assez différentes.

 

Parce que la notion du temps n’est pas la même pour tous

Nos difficultés à gérer le temps prennent leur source dans nos préférences comportementales, fonctionnelles et relationnelles.

Carl Gustav Jung, psychiatre, psychologue et essayiste (1875 – 1961) s’est largement penché sur cette question en observant les difficultés des hommes de son temps…

C’est lui qui est à l’origine de la théorie des types psychologiques, aujourd’hui largement utilisée pour mieux comprendre les différences de personnalité.

L’idée centrale de cette théorie est que le comportement peut être compris comme l’expression de « préférences » sur la façon d’utiliser son énergie, de collecter et de traiter de l’information, de percevoir les gens, les choses, les évènements, les idées et de juger ou d’évaluer ce que l’on perçoit.

 

Ces préférences varient d’une personne à l’autre et sont à l’origine de différences dans les modes de réactions, les valeurs et les orientations prises au cours de la vie.

 

Elles se manifestent sur quatre dimensions essentielles (ou échelles) de la personnalité

 

Elles correspondent à :

  1. La façon dont vous orientez et utilisez votre énergie : soit vers le monde extérieur soit vers le monde intérieur (Extraversion ou Introversion),
  2. Le mode de perception que vous choisissez pour recueillir les informations (Sensation : avec les 5 sens, ou Intuition : les 5 sens + une manière de percevoir notre environnement de manière intangible),
  3. La manière dont vous évaluez ou appréciez les situations, personnes, environnements que vous rencontrez (Pensée ou Sentiment),
  4. Le rapport que vous entretenez avec le monde extérieur qu’il soit structuré, agissant et organisant les choses, ou bien réceptif, privilégiant la flexibilité et la recherche d’informations (Jugement ou Perception).

 

Oui, tout cela a l’air passionnant… Et pour la gestion du temps alors ?

 

Elle peut être directement liée à nos préférences comportementales :

Les extravertis vont plutôt avoir tendance (entre-autre) à :

Aimer la variété, le contact avec les autres et l’action,

Agir et répondre rapidement, parfois sans réfléchir,

Parler plus qu’écouter.

 

Alors que les introvertis préfèrent :

Avoir besoin de tranquillité pour travailler,

Marquer un temps de réflexion avant de parler ou d’agir,

Ne pas chercher à prendre trop vite, ni trop souvent la parole.

 

Mais encore …

Certains parmi vous ont sans doute la passion des détails, sont méthodiques et ne se fient guère à leur inspiration.

Alors que d’autres ont tendance à tirer rapidement leurs conclusions et favoriser de nouvelles compétences plutôt que d’utiliser celles qu’ils ont déjà.

Certains savent rester concentrés et mènent les dossiers à leur terme, là ou d’autres sont prêts à tout lâcher pour une idée nouvelle… ou un café…

Il y en a qui ont besoin de planifier et de programmer quand d’autres préfèrent la spontanéité et la flexibilité.

 

D’autres enfin perçoivent le temps comme une ressource limitée à laquelle ils s’adaptent, contrairement à ceux qui perçoivent le temps comme une ressource inépuisable et « jouent » avec les échéances.

 

Alors ?

Vous vous reconnaissez un peu dans ces quelques descriptions ?

Sachez que ces préférences ont un impact considérable sur votre temps au travail.

 

Sauriez-vous décrire précisément ce qu’il en est pour vous ?

 

  • Vous concentrez-vous plutôt sur les résultats à atteindre ou sur les activités à réaliser ?
  • Vous consacrez-vous à vos tâches au fil de vos envies ou en fonction de vos objectifs ?
  • Privilégiez-vous le temps porté aux relations interpersonnelles ou à la gestion de dossiers ?
  • Segmentez-vous vos activités selon leur niveau de difficulté, par thématique, ou en fonction du temps que vous pouvez y passer ?
  • Et d’ailleurs, à ce propos, vous arrive-t-il de renoncer à réaliser des actions que vous savez difficiles, ou gourmandes en concentration et en énergie ?

Quelle que soit votre manière de fonctionner, elle présente nécessairement des avantages… Et des inconvénients.

Votre relation au temps au travail peut avoir un impact défavorable sur nos résultats, ou peut conduire à une altération de nos relations professionnelles.

Pour mettre fin ou atténuer nos difficultés de gestion du temps

Il est toujours utile de regarder nos difficultés en faisant la lumière sur ce qui se passe en nous, plutôt que de chercher tout de suite à l’extérieur des solutions, des outils, des trucs et astuces pour réguler son temps.

Cela peut venir en second temps.

Une fois que vous avez compris quels mécanismes sont à l’œuvre en vous, il est beaucoup plus facile de mettre en place les solutions pour être « bien dans son temps ».

 

La formation Time Mastery © est individuelle, sur mesure et ouverte à tous

 

Elle vous permet de découvrir les caractéristiques personnelles qui vous sont utiles en matière de gestion du temps, puis de réduire ou transformer celles qui vous nuisent.

 

On établit votre profil « temporel »

Grâce à des tests de personnalité et de motivation, associés au test Time Mastery ©

Pour regarder ensuite votre structure organisationnelle « interne ».

Ensuite, on regarde ensemble sur quels leviers vous pouvez appuyer rapidement pour vous améliorer.

Et accrocher de nouvelles habitudes mises en place de manière indolore.

 

Vous vous rendez alors compte que vous pouvez gagner 2 heures par jour

Uniquement grâce à quelques ajustements.

Totalement adaptés à votre réalité.

Pour enfin vous sentir mieux et adopter les mécanismes de la confiance pour exprimer vos besoins et les expliquer.

Vous aurez une nouvelle vision de l’équilibre vie pro/vie perso grâce à la bonne hiérarchisation de vos besoins et de ceux des autres.

Bref, souffler enfin et faire ce qui compte pour vous, sans culpabiliser.

Contactez-moi ici

Ces accompagnements sont éligibles aux financements de la formation professionnelle et du compte personnel de formation.

A bientôt.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *