Mentoring

Le mentoring

 

Le mentoring pour atteindre ses objectifs

 

C’est un moyen d’apprendre et de réussir plus vite. D’obtenir les ficelles de son métier et d’éviter les écueils.

Parce qu’essayer tout seul, c’est bien, c’est formateur, mais le prix peut être lourd à payer.

Le mentoring est basé sur une relation interpersonnelle, comme le coaching.

La différence avec le coaching est que le mentor (celui qui accompagne) occupe, ou a déjà occupé la place de la personne qu’il accompagne (poste ou métier). Il transmet son expérience et les clefs qui lui ont permis lui-même de réussir. Cet accompagnement favorise le développement de son client (le mentoré), débutant ou moins expérimenté dans sa pratique.

Le mentor est passé par la plupart des situations que connaît le mentoré et il peut lui confier les techniques, méthodes ou postures qui permettront à ce dernier de réussir plus confortablement dans sa pratique.

Il peut désormais lui transmettre les différentes clés qui ont pu contribuer à sa réussite.

Une expérience

Le mentoring pour se sentir mieux au travail

Aujourd’hui, tout va très vite

Un dossier à peine terminé en appelle un autre et la charge de travail est souvent importante et très diversifiée. Elle requiert souvent des compétences spécifiques et pousse souvent les professionnels à douter de leurs capacités à surmonter les difficultés.

La pression monte, écrasant au passage toute possibilité de déjouer les obstacles qui se dressent sur leur passage.

Le mentoring permet d’identifier instantanément les leviers sur lesquels appuyer pour se sentir mieux et affronter plus sereinement les difficultés.

Et gagner du temps

Durée

Le parcours peut s’achever au bout de quelque séances, quand l’objectif est atteint, et ne jamais reprendre.

Il peut également s’interrompre parce que pour le moment tout va bien, avant de reprendre ultérieurement, pour examiner une nouvelle problématique.

En tous les cas, le but est que vous soyez rapidement opérationnel.

Des exemples de mentoring

Le cas de Marie

Elle a choisi l’entreprenariat individuel après avoir été de longues années salariée.

Elle avait connu un burn out qui avait bien sapé sa confiance en elle.

Au départ, je l’ai accompagnée pour l’aider à structurer son activité.

Puis on a travaillé sur son facteur différenciant (elle travaille sur un secteur hyper concurrentiel), son pitch et son client idéal.

Et enfin, on a oeuvré à l’organisation de sa stratégie financière et de la possibilité à rester sereine quand elle ne faisait pas de chiffre d’affaires pendant de plusieurs mois (son activité est cyclique et en plus elle doit attendre de longues semaines avant de percevoir le paiement de ses prestations).

Son objectif était de pouvoir sortir un revenu avant que les allocations Pôle Emploi se terminent.

On a travaillé ensemble moins d’un an, à raison d’une session de 2 heures chaque mois.

Objectif atteint : elle avait même passé le seuil de TVA de la micro-entreprise avant le délai que nous nous étions fixé.

Nous avons arrêté de travailler ensemble quelques semaines plus tard : elle était prête!

J’ai fait le point avec elle la semaine dernière et j’ai adoré sa réponse : « j’ai eu des sueurs froides pendant les confinements, mais désormais je n’ai plus peur alors même que rien ne tombe sur mon compte, parce que je sais que les choses vont rentrer dans l’ordre ».

Le cas d’Emma

Emma a été licenciée et a eu envie de se lancer à son compte comme assistante administrative externalisée.

Elle avait besoin de se sentir soutenue et de confirmer qu’elle était sur la bonne voie.

Nous avons travaillé sur son pitch, sur sa différenciation, sur son client idéal et surtout : comment vendre sans prospecter.

Nous avons également travaillé sur ses objectifs de rémunération et sur les actions à mettre en place pour les atteindre au plus vite.

Elle a démarré son activité en avril 2020 (en plein confinement) et en septembre, elle avait déjà atteint ses premiers objectifs de chiffre d’affaires et de rémunération.

On a travaillé 3 mois ensemble, une session toutes les 4 semaines.

J’ai eu de ses nouvelles aujourd’hui même : elle a plus que doublé son chiffre d’affaires, et elle est bien au-dessus de la rémunération qu’elle s’était fixée. Pour rien au monde elle ne reviendrait en arrière.

Etre soutenu et sécurisé

Salariée, je n’osais pas parler de mes doutes et de mes peurs à mes managers. J’avais souvent peur de me tromper, mais je devais me montrer forte et en pleine possession de mes moyens, sûre de mes choix et de mes décisions. Après tout, il y avait l’entretien annuel d’évaluation et je ne voulais pas qu’on critique ce que je faisais…

Mais à quel prix, bon sang, à quel prix : anxiété, nausées, maux de dos, insécurité permanente…

Plus tard, lorsque j’ai débuté mon activité de consultante indépendante, je crois bien que j’ai fait à peu près toutes les erreurs de l’entrepreneur débutant… Pour finir par penser que je m’étais complétement plantée.

Et pourtant, j’avais suivi moultes formations, toutes plus intéressantes les unes que les autres…

Mais la théorie ne pèse rien face aux contraintes quotidiennes, les doutes et les peurs.

Rien ne vaut le soutien de quelqu’un qui connaît bien vos difficultés pour se sentir mieux.

Trouver des solutions et partager

 

Le mentoring pour trouver des solutions

 

Il est parfois rude de rester seul face à ses problèmes… Et quand on est manager ou dirigeant, rares sont les personnes de son entourage à qui l’on peut se confier.

Vos proches ont déjà assez de tracas de leur côté, ou alors ils ne connaissent pas ce que vous vivez. Ils essaient pourtant souvent de vous aider et de vous protéger, mais parfois de façon plutôt maladroite, et cela ne vous encouragent pas vraiment, et cela peut même complétement vous enfoncer dans certains cas.

Je suis heureuse aujourd’hui de partager l’expérience acquise depuis presque 30 ans d’expérience professionnelle et je peux vous garantir que toutes les phrases de sabotage que vous pouvez entendre, en vous et autour de vous, je les connais PAR COEUR et j’ai mis en place de super stratégies pour éliminer l’impact négatif que cela peut produire.

Mes mots clés :

Ecouter – Comprendre – Transmettre – Booster

Pour qui ?

  1. Entrepreneurs indépendants désireux mieux vivre leur quotidien, de partager sur les angoisses et difficultés de leur métier et d’avoir les solutions pour un développement serein.
  2. Personnes qui ont bénéficié d’un bilan de compétences et qui se sentent démunies au moment de mettre en oeuvre leur projet.
  3. Professionnels qui ne disposent pas de droits au financement au titre de la formation professionnelle (fonds de formation ou CPF) leur permettant la prise en charge financière d’un bilan de compétences ou d’une formation.

Comment ?

A la séance, en fonction des besoins : répondre à une question, aider à la décision, régler une problématique ponctuelle (managériale, commerciale, financière, émotionnelle) ou juste pour pouvoir bénéficier d’un encouragement ou être guidé grâce à des techniques guidées de développement personnel).

Combien de temps ?

Cela dépend, s’il est nécessaire de se voir régulièrement ou pas. En général, entre 3 et 6 séances suffisent, et vous saurez quand c’est bon. Après c’est chouette, on se revoit ensuite comme de bons amis, et on parle de tout, sauf de boulot.

Je vous coache sur les points qui vous posent problème et en général, grâce à la méthode Procédis®, ça va plutôt vite.

Et si vous êtes déterminés à résoudre votre problématique, ça peut aller très vite 😉

Mais ça peut être plus durable, c’est vous qui voyez.

A la séance : forfait pour 1 heure 30 à 2 heures d’entretien

Mais avant (ou après la première séance) on regarde ensemble la teneur de vos problématiques, car elle peuvent entrer dans le cadre d’une form’action, prise en charge par un OPCO, un fonds de formation pour les indépendants ou votre CPF.

Appelez-moi pour en discuter ou laissez un message ici. Et soyez rassurés : je déteste que l’on me pousse à la consommation, donc si vous n’êtes pas convaincus, on s’arrêtera là et je vous laisserai tranquille…