Comment faire face aux aléas de carrière ?

Blog Procédis
Par Emmanuelle Momboisse, le 13 mai 2019 • Article "Mieux Changer"

Prévoir l’imprévisible ? C’est possible !

Je vous présente Bérénice, rencontrée en 2011.

Chef d’équipe dans une compagnie aérienne, maman comblée de jumeaux de 6 ans, elle est mariée à Pierre, directeur commercial d’un groupe français.

Pierre voyage beaucoup et Bérénice travaille en horaires décalés, et il leur faut être très ingénieux pour concilier vie privée et vie pro…

Heureusement, les deux grand-mères et la baby-sitter sont toujours disponibles pour les jumeaux.

Cerise sur le gâteau, l’emploi du temps variable de Bérénice lui laisse un peu de temps libre, qu’elle consacre à s’occuper d’elle-même (sports, activités artistiques et copines).

Elle me dit vouloir faire un bilan professionnel car elle fait face à des difficultés au travail.

Pourtant, en l’écoutant ce jour-là, je me demande bien en quoi je vais pouvoir l’aider. Elle est très entourée et professionnellement tout semble OK. Elle adore son job, sa hiérarchie la soutient et ses collègues l’apprécient.

Je découvre également que Bérénice est un génie de l’organisation. Dans son travail, ses loisirs, pour sa famille, elle a la recette idéale pour que tout se passe bien.

  • Elle fait des listes, des notes, délègue et fait des plannings (c’est d’ailleurs son métier).
  • Le congélateur et les placards à la maison lui permettent de tenir un siège et l’armoire à pharmacie aussi…
  • Le couple a des économies, une prévoyance et une mutuelle exceptionnelles…
  • Elle a des plans B pour tout et parvient à prévoir la moindre embrouille …

Bref, elle est prévoyante.

A ce stade, je ne vois tellement pas en quoi une aide à l’organisation pourrait lui être utile.

Alors je creuse un peu…

Et j’ai bien fait, car au bout d’un moment, Bérénice m’avoue qu’en réalité elle a une peur viscérale qui ne la quitte jamais.

Elle a peur de perdre son job

En fait, Bérénice est comme tout le monde : elle lit la presse, regarde les infos, discute avec ses collègues, ses amis, sa famille…

Comme elle a 10 sur 10 à chaque oeil, elle voit bien que « la crise frappe partout ».

  • Julie, sa meilleure amie, travaille dans une grande banque. Elle vient d’être mutée à un poste qu’elle déteste à la suite d’une réorganisation interne.
  • Pierre, son mari : on lui a confié le suivi d’un groupe de commerciaux sur une zone géographique bien plus vaste qu’avant. Elle voit bien que c’est lourd pour lui.

Et elle m’épargne les « de mon temps » de sa mère qui ne comprend pas trop comment les femmes d’aujourd’hui en arrivent à confier à d’autres la garde de leurs enfants à cause du boulot…

Pour Bérénice aussi, le danger rôde

La compagnie aérienne qui l’emploie a récemment gelé son salaire, jusqu’alors toujours en progression. C’est louche non ?

Sans parler des départs en retraite non remplacés… Les plannings qui lui donne des cheveux blancs, faute de personnel ? Elle se voit obligée de faire appel aux personnes en repos et elle culpabilise, même si elle sait qu’ils lui sont dévoués.

Les raisons de s’inquiéter ne manquent pas et sont aux yeux de Bérénice toutes plus légitimes les unes que les autres. Empathique et perfectionniste, elle a peur de faire une erreur, et de l’erreur à la faute il n’y a qu’un pas, non ?

Bon OK, alors imaginons…

Que se passerait-il si elle perdait son emploi ?

Oh mais ce serait catastrophique : la maison n’est pas payée, elle a un bon salaire grâce à son ancienneté et « elle aura du mal à trouver l’équivalent ».

Et puis vous pensez bien qu’elle a regardé les annonces : il n’y a pas d’offres qui lui correspondent en ce moment.

Si elle devait aller travailler à l’autre bout de la région, loin de chez elle?

Elle devrait « se taper » les bouchons et rentrerait encore plus tard (ben oui, les horaires décalés, c’est pratique de ce côté-là, vous évitez les embouteillages…).

Et s’il fallait déménager ?

Mais ce serait encore pire : les enfants seraient dévastés de ne plus voir leurs grand-mères, et ils adorent la nounou … « On ne retrouvera jamais quelqu’un comme elle ».

Et voilà Bérénice qui éclate en sanglots dans mon bureau …

Là, tout de suite, Bérénice est littéralement terrorisée et son esprit cartésien (qui la sauve pourtant au quotidien) en a profité pour aller voir ailleurs. Quand elle parle d’hypothétiques changement d’emploi, déménagement ou remplacement de la nounou : elle ne parle plus au conditionnel! Elle parle au futur !

Comme si elle était vraiment licenciée et qu’elle devait déménager là, tout de suite !

Alors avec Bérénice, mon travail a consisté à l’aider à s’organiser face à cet esprit cartésien qui part en RTT à chaque fois qu’elle panique.

Elle a compris qu’elle était sous l’influence de schémas automatiques « cauchemardesques ». Bien que plausibles, ils n’étaient pas pour autant susceptibles de se réaliser tout de suite ni même un jour.

Nous avons calmé son mental en regardant toutes les possibilités réalistes qui pourraient s’offrir à elle si le pire survenait.

Réfléchir posément à ce qui peut arriver…

Elle a réfléchi posément à ce fameux « pire ».

Nous avons ensuite organisé et rempli ses « armoires à pharmacie mentales » de solutions de substitution plausibles et réalistes, et mis à profit sa capacité naturelle à s’organiser.

Elle a pu imaginer les plans d’action qui la prépareraient au mieux à une telle situation.

Nous avons procédé à la revue de ses compétences et aspirations professionnelles (si d’aventure elle perdait son travail), et elle a pu identifier deux ou trois pistes de métiers en lien avec son expérience.

Bérénice a pu le faire en regardant les choses sous un angle qu’elle connaît bien : celui de sa faculté naturelle à trouver des opportunités en cas de problèmes… Comme elle a beaucoup d’imagination, elle a trouvé plein de problèmes. Surtout ceux qui n’ont que peu, voire aucune probabilité de se produire.

Ce qui était une angoisse sourde et permanente s’est alors transformée en opportunité de voir plus loin.

Elle est repartie travailler rassurée et libérée de cette peur latente qui lui polluait la vie, car elle a su préparer demain (et même après-demain, vous la connaissez).

Le double effet kiss cool ?

Comme nos entretiens ont soulevé d’autres problématiques liées à son histoire de vie, elle a choisi de consulter une psychothérapeute.

Parce que le développement organisationnel ne permet pas de tout guérir.

Aujourd’hui tout va bien

Bérénice est toujours en poste dans son entreprise. Le pire n’est donc pas arrivé de ce côté-là.

C’est sur son mari que la tuile est tombée : épuisé par tous ses déplacements, affecté par un management aux exigences irréalistes, il a été licencié pour insuffisance de résultat. Il a passé un sale quart d’heure, et la famille aussi…

C’est du passé

Il travaille dans une PME locale et Bérénice le trouve épanoui.

Alors, oui, son salaire est presque divisé par deux.

Mais il est toujours là pour ses deux garçons . Parce que ses déplacements les plus lointains se limitent aux portes de l’Ile de France.

Je ne l’ai appris que récemment.  Bérénice m’a appelée il y a quelques semaines pour me remercier de l’avoir accompagnée. A un moment où « en fait : tout allait bien pour elle ».

Elle a indiqué que si nous n’avions pas travaillé sur ses peurs « à elle », elle n’aurait pas pu être présente et forte quand son mari s’est fait licencier. Et que son monde (à lui) s’écroulait.

Sans cela, son monde à elle aussi se serait écroulé.

Faire un bilan professionnel permet de faire le point sur ses compétences et aspirations pour envisager les solutions en cas de situation professionnelle dégradée.

Il permet de se rassurer sur ses capacités à rebondir …

Dans son job ou dans un autre.

Pour Bérénice, les effets positifs auront été multiples

  • Hyper stressée au travail, elle s’est libérée de son angoisse de perdre son travail.
  • Elle a pu aborder les difficultés quotidiennes plus sereinement.
  • Perfectionniste, elle a compris que faire de son mieux suffit largement avec des résultats tout aussi bons.
  • Tranquillisée sur la qualité de son travail, elle a pu surmonter une épreuve familiale difficile.
  • Grâce à sa capacité à préparer le pire, Bérénice a pu être présente dans l’épreuve rencontrée par  son mari.

Le bilan de compétences n’est pas seulement un outil de gestion de carrière

C’est aussi un fantastique outil de gestion de vie. Comme l’apprentissage de la conduite automobile nous permet d’anticiper les virages ou qu’il existe des angles morts et qu’il faut les prévoir, le bilan de compétences permet de découvrir les « angles morts professionnels ».

Et de bien regarder partout pour avancer en sécurité.

Pour plus de renseignements, contactez-moi ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En lien avec cette page